Shipper_edited.jpg

Française d’origine néerlandaise, Johanna Schipper appréhende très jeune les bandes dessinées comme un support de lecture visuelle. À défaut d’en comprendre le texte, elle imagine ses propres histoires à partir des séquences d’images.

Commissaire d’exposition pour le compte de l'Institut Français à partir de 1996 avec l'exposition Opera Komiks en Pologne, elle publie ses premiers textes théoriques dans le catalogue dont elle assure également la direction.

Elle signe son premier roman graphique aux éditions Delcourt en 2000. En 2002, Johanna retourne dans son pays de naissance et retrace ce voyage dans le roman graphique Née quelque part, dont les planches feront l’objet d’une installation murale au Centre Georges Pompidou en 2006 : BD Reporters.

Nourrie dès l'enfance à l'art contemporain et au taoïsme, fascinée à l'adolescence par Edward Kienholz, Métal Hurlant ou Jan Svankmajer, l'orientation de son travail est avant tout visionnaire. C'est une dimension centrale de l'inventaire séquencé de ses rêves sur le blog Œil-livre. En 2015, elle initie le collectif In Wonder, qui explore les frontières poreuses entre l’art contemporain et la bande dessinée. A partir de l’univers d’In Wonder, elle réalise avec Emmanuel Espinasse une bande dessinée numérique native intitulée Au Paradigme, qui sera disponible sur les app stores à partir de l’automne 2019.

Johanna Schipper enseigne également à l'École Européenne Supérieure de l'Image à Angoulême depuis 2010 et est doctorante à l’université Bordeaux Montaigne depuis octobre 2018, où elle travaille à une thèse sur le récit de rêve en bande dessinée.

Johanna ScHIPPER 

  • YouTube
  • Facebook
  • Instagram